Hymne à la boucle

Oui, j’assume. Une déclaration d’amour à la boucle, comme ça, cash. Parce que, lors de mes nombreuses pérégrinations (celui là, il est placé!) sur le web, je ne suis tombée que très rarement sur une vraie bouclée qui donnait des conseils sur ses cheveux. Tenez, y’a pas si longtemps, je cherchais de nouvelles idées coiffures, je tape donc « tuto coiffures bouclées » sur youtube, et là, énorme! Les nanas elles commencent par se faire des boucles avant de vous montrer la coiffure! Sauf que, je suis désolée, n’est pas bouclée qui veut, c’est un état d’esprit! Y’a les blondes, les pulpeuses, les rousses, les minces, les complexées, les sensuelles, et puis… y’a les bouclées.

Crédit photo : Dynamixarts

Crédit photo : Dynamixarts

C’est une catégorie à part de la population, une sorte de clan secret, toutes liées par ces cheveux aux propriétés si particulières. Ayant toutes dû subir les classiques « Mais faut les nourrir tes cheveux, ils ont l’air sec » (je me ruuuuuuine en masques et j’en fais un à chaque shampoing connasse!), la coiffeuse qui te demande « On fait un lissage? », celle qui te coupe « juste quelques centimètres » mais qui a oublié que chez nous, les bouclées, ça remonte de 12 si tu coupe 2, celles qui te disent « j’aurai adoré avoir tes cheveux » alors qu’elle ne se doute pas une seconde du travail que ça représente (on devrait être payé pour ça!), celui qui te passe amoureusement la main dans les cheveux et qui te flingue ton heure de travail de ce matin. Etre bouclée c’est aussi payer systématiquement 5 doses de couleur chez le coiffeur (« vous en avez épais dites moi! ») tout en supportant le fait de rester 10 fois plus de temps que les autres dans le salon (5 heures en moyenne pour moi!) et en s’allégeant d’une petite centaine d’euros à la caisse (« Si si c’était 60 euros mais pour les cheveux courts, lisses et en pleine santé! » #re-connasse). Etre bouclée c’est aussi, souvent, avoir connu des railleries à l’école, des « ça va t’y Louis XIV » et j’en passe. Avoir eu du mal, beaucoup de mal, à les assumer ces foutus cheveux. Les avoir entortillé mouillés en chignons danseuse toute notre jeunesse, avec 3 tonnes de laque et un double élastique (parce que les élastiques aussi il en faut la double dose!). A baver sur les insolentes crinières brillantes et en pleine santé des nanas qu’elles croisaient dans la rue. A se faire des brushing pour y croire, juste le temps d’une journée.

Et puis un jour, la bouclée a un déclic. Un jour la bouclée assume. On garde toutes précieusement le secret de notre déclic (un homme, une coiffeuse, un ras-le-bol) mais on finit toutes un jour ou l’autre par en avoir un (je tiens une hotline pour celles qui n’ont pas encore franchi le pas!), souvent à travers les yeux de quelqu’un d’ailleurs. Quelqu’un qui regarde nos boucles avec amour, qui aime notre côté lionne au réveil, qui vomit nos brushing et adore notre tignasse au naturel. Quelqu’un qu’on a envie de croire. Quelqu’un pour qui on fait le grand saut, celui d’enlever l’élastique et de se jeter dans l’inconnu de la vie des filles qui ont tout cheveux dehors. Et c’est un tel bonheur… Parce que ça, c’est vraiment nous. Parce je suis intimement persuadée qu’on a pas ces cheveux là par hasard, qu’ils nous vont bien, qu’ils reflètent ce que nous somme. J’ai une amie qui m’a récemment dit « en fait, ça bouillonne tellement à l’intérieur que ça ressort par tes cheveux! ». Ca doit être un peu ça! De la passion, du fun, de la joie de vivre, condensés dans ces crinières folles et indomptables! Assumons d’être différentes, acceptons d’être envié pour ça (parce oui, ça claque en fait!) et amusons nous avec! Chignons fou-flous, fleurs dans les cheveux, headbands ou nature, détachés au vent. Chouchoutons nos boucles parce que c’est elles qui font ce que nous sommes.

Un grand merci à Dynamixarts et à mon cher Guillaume pour cette belle photo de mes boucles!

Et promis, je vous fais un post rapidement sur comment entretenir votre crinière de lionne, avec pleins de bons conseils de vraie bouclée dedans. Mais chuuuuut, ça reste entre nous! 😉

5 réflexions sur “Hymne à la boucle

  1. ton article m’a fait beaucoup rire, j’ai vécu les même péripéties capillaire que toi, tes exemples sont plus que probants pour mon vécu de bouclé !! j’ai fais un article il y a quelques jours sur comment j’ai arrêté le lisseur et assumé mes boucles… Si ça t’intéresse!

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai mis longtemps à accepter aussi que mes cheveux n’étaient pas du genre lissage brésilien, à mon plus grand désarroi:-(((( Le pire c’est dans les pays à climat tropical, là c’est l’enfer, je suis obligée de les attacher!!

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: Comment prendre soin de ses boucles en 4 étapes | Restons Futiles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s