Les expressions mythiques de ma grand-mère

J’ai eu la chance d’avoir une mamie extraordinaire, de celles dont on se souvient à jamais, dont on reparle très souvent, qu’on cite avec un grand sourire et les yeux qui regardent le ciel. Une grande mamie. D’ailleurs, à ce propos, je ne sais pas si vous connaissez Yves Jamait (et si ce n’est pas le cas, foncez vite sur Deezer!) mais il a écrit une chanson qui me fait beaucoup penser à elle, à ces êtres chers qu’on a perdu. C’est une douce chanson, presque une berceuse, ça s’appelle « Même sans toi ». Ecoutez-la, elle est superbe!

Extrait d'une lettre de ma Grand-mère

Extrait d’une lettre de ma Grand-mère ©PerrineBinet

Revenons à ma Mamie Jo. Le plus bel héritage qu’elle nous ait laissé, ce sont ces petites phrases. Ces dictons qui, à l’époque, nous soulaient, mais d’une force! On avait même mis en place un jeu avec mon père! Le dimanche, le traditionnel grand raout familial était devenu notre terrain de jeu. On avait créé un barème : chaque expression prononcée par ma grand-mère donnait des points. Bien entendu, plus c’était une phrase difficile à lui faire dire, plus ça valait des points! Parce que y’avait des phrases easy, du genre « Tu ramèneras une cuillère pour le plat », « Pars pas les mains vides! » ou encore « Puisque le bon Dieu t’as mis là », celles-la c’était même tellement facile que c’était pas du jeu! Nan, nous ce qu’on aimait, c’était réussir à lui faire dire d’autres dictons plus mythiques, qu’elle affectionnait tout autant! Et Dieu sait comme elle en avait en stock!

De son magique « Y’a pas de mérite à faire joli aux riches » (que je médite encore régulièrement) à ses exceptionnels « La beauté ne se mange pas en salade » ou pire « Même la plus belle fille du monde ne peut donner que c’qu’elle a »! Avec le recul, aujourd’hui, je me rends compte qu’elles étaient souvent pleines de vérité ces petites phrases. Et je me surprends, régulièrement, à les répéter! « Comme disait ma grand-mère »! J’adore prononcer cette phrase. L’espace d’un court instant, j’ai l’impression qu’elle est de nouveau là, parmi nous. La citer, ça nous permet, à tous, mon père, ma mère, mes soeurs, de la maintenir présente au quotidien dans nos vies, de lui dire qu’on pense à elle et que ses enseignements ne nous ont pas quitté. On en rit, souvent! Notamment de ces phrases « As-tu fais ton geste? » (prononcé envers papy à l’instar du chèque pour notre anniversaire), « Il lui faut tout l’défilé! » (toujours en direction de papy, qui aimait à avoir son entrée, son plat et son dessert), « On emportera pas » (l’argent et les biens matériels, au cimetière) ou encore « Aussi cruche que soi un homme, on trouve toujours une anse pour le prendre » (celle-ci se passe de commentaire!).

Comme vous avez pu le comprendre, c’était parfois chaud et même souvent houleux, avec papy! 😀 Un jour, dépassée par les événements, elle aurait mouronné un « Tu me fais chier » mais a soutenu, corps et âme, qu’elle avait bien dit « Tu me fais j’ter », et hop, une phrase mythique de plus à ajouter à la longue liste! Papy avait, au fil du temps, quant à lui, construit sa ligne de défense et avait même ses petites phrases bien à lui « Bien faire et laisser dire » ou encore « Ca glisse sur le paletot de mon indifférence ». Mais aussi, cette adorable phrase improbable, prononcé un jour d’égarement sans doute :  « -Y’a des moments … – y’a des papas aussi ».

Fallait tenir bon et être solide pour tenir droite face à ma grand-mère. Elle avait parfois des phrase dures « Si t’as quelque chose d’intéressant à dire, fais-en profiter tout le monde » ou encore « Fais ta phrase », s’impatientant quand notre cerveau prenait son temps! Mais elle savait aussi se remettre en question. C’est la petite histoire de cette phrase : « Heureusement qu’il y a des cons pour vous servir! ». La légende veut qu’un jour, Mamie, passablement énervée contre la gouvernante, l’avait copieusement traité de « conne ». Celle-ci, qui ne s’était pas démontée (et qui avait bien eu raison!), lui avait répondu ces fameux mots « Heureusement qu’il y a des cons pour vous servir Madame! ». Ce jour là, Mamie ne devait pas faire la maligne, ni les jours suivants, ni le reste de sa vie d’ailleurs, parce que, cette phrase-la, elle la répétait souvent, comme pour nous mettre en garde contre nos jugements hâtifs. Elle n’était donc pas toujours facile, mais elle était juste. Juste comme ces citations.

Le but était, sans doute, de nous tirer vers le haut, de nous faire grandir. C’était même parfois assez philosophique « Il ne faut pas être l’homme d’une seule idée », visonnaire « Il n’est que soi à ses noces », pacifiste « Ne défend pas c’qui n’a pas été attaqué ». Et quand on se plaignait qu’elle ne nous fasse jamais de compliment, que tout le quartier était génial mais que nous, niet, elle nous répondait, un brin espiègle, « Dire du bien des autres ne t’enlève rien ». J’apprenais souvent au hasard d’une rue, que du bien de ses petites filles elle en disait, et souvent même! Mais jamais directement à nous. La retenue des grandes dames sans doute… ❤

xxx

Et vous, votre grand-mère, elle utilisait quoi comme expressions mythiques?…

20 réflexions sur “Les expressions mythiques de ma grand-mère

  1. Je n’ai pas eu la chance d’avoir des phrases si fortes de ma grand-mère, mais je me souviens qu’un jour, à 83 ans, et très énervée contre son mari, elle a fièrement sortie : « Puisque c’est comme ça, je divorce et je rentre chez ma mère » ! J’en ris encore !

    Très joli post !

    Aimé par 1 personne

  2. Ah lala qu’est ce qu’elle nous manque cette mamie jo !
    et pour la vinaigrette « il faut créer une émulsion …  »
    et tant d’autres !!!
    Quelle merveilleuse femme, quel grand coeur, quelle âme ! Si tu nous regarde de la haut « on t’aime toujours pareil et peut être même encore plus chaque jour qui passe ! « 

    Aimé par 1 personne

  3. Moi ma grand mère elle me sort des « tu pipes encore ? » Au lieu de » tu fumes encore « ou bien des « il faudrait que tu mettes du lait dans ton vin quand même » quand elle me sens trop intransigeante …. Mais ma Nonna a moi est italienne et doit avoir au maximum une centaine de mot de vocabulaire …. On lui pardonne nan ??

    Aimé par 1 personne

  4. Ma mamie disait:
    On va aller faire les commissions.
    Attention il faut mettre un couvercle sur ta casserole sinon ça va « kliffer ».
    Attention tu vas faire une « mistouffe ».
    Les deux mots entre parenthèses je crois que ce sont des mots familiaux car quand je les emploies les gens me regardent bizarrement 😮

    Aimé par 1 personne

  5. Pour ma part ma grand-mère  » mamou » ( oui parceque sinon mamie etc …ça c’était pour les vieilles!), s’est permise de réinventer le Larousse!!!
    Exemple en vrac:
    Batalou: porte monnaie
    Blanc Pétillant : mousse mousse
    Zégalou: yeux
    Perguigniou: sexe féminin
    Du coup conseil de drague pour les hommes : tu prends un mousse mousse qui va alléger ton batalou,
    Tu lui fais des beaux zégalous et t’auras p’tetre son perguigniou!
    Elle est avant-gardiste !

    Aimé par 1 personne

  6. Pingback: Dimanche bucolique | Restons Futiles

  7. Pingback: 20 petites choses toutes simples qui font du bien | Restons Futiles

  8. Pingback: Perfectible | Restons Futiles

  9. Pingback: T’es pas facho, t’es juste fâché… |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s